Veille

IoT : faut-il investir beaucoup pour séduire le grand public ?

IoT : faut-il investir beaucoup pour séduire le grand public ?
07 November 2017

Levées de fonds record, investissements en hausse : le marché des objets connectés séduit les financeurs. Investir autant d’argent suffit-il à conquérir le cœur du consommateur ? Éléments de réponse.

Avec des investissements en hausse de 16% d’ici 2020, selon le cabinet IDC, l’Internet des objets continue de s’imposer auprès des professionnels. Pourtant, au-delà de la croissance du marché, la notoriété des objets connectés stagne. En 2016, seulement 36% des consommateurs affirmaient connaître les trackers d’activité -source institut GfK-.

Briser le « plafond de verre » du grand public

Pour Thomas Serval, co-fondateur de Kolibree, qui commercialise la brosse à dents connectée Ara, installer sa marque reste un enjeu majeur pour les start-up : « Développer un objet connecté ne coûte finalement pas si cher. Mais, pour le produire, le lancer puis faire connaître la marque, il faut parfois multiplier par cinq les investissements. » Depuis 2013, Kolibree a réalisé plusieurs levées de fonds. La plus récente (quatre millions de dollars) a eu lieu en 2016.

Consultant en entreprise, spécialisé dans le domaine des objets connectés, Nicolas Mourier confirme cette facilité de développement : « Aujourd’hui, pour une start-up qui a une idée comme pour une entreprise qui veut connecter un objet existant, réaliser un prototype demeure simple et bon marché, car tous les outils sont à disposition. » Pour Thomas Serval, « une bonne idée ne suffit pas. L’originalité créé un premier buzz mais, pour briser le plafond de verre qui mène au grand public, il faut du temps et plus d’argent que ce que beaucoup de start-up peuvent dégager. »

« Si l’objet n’est pas adapté à un usage, c’est l’échec assuré »

La clé se situe aussi dans l’adéquation entre le produit et sa cible. « De nombreuses start-up se lancent avec une idée originale, amusante mais absurde, lèvent quelques fonds, puis disparaissent. Car, au final, si l’objet n’est pas adapté à l’usage que peut en faire le public, l’échec est assuré », affirme Nicolas Mourier.

Lire la suite sur : blog-french-iot.laposte.fr

Évaluez l'article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucune évaluation)
Partagez l'article :

0 Commentaires

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser

Archivage électronique : « Avec l’acquisition de CDC Arkhinéo, Do . . .

  général

3 questions à Charles Du Boullay, Directeur de la BU Archivage numérique chez Docaposte Annoncée fin mai, l’acquisition de CDC…

20 July 2020 0 commentaires 0

Distribution indirecte : « Docaposte accompagne ses partenaires d . . .

  général

3 questions à Alicia Angles, Directrice de la Distribution Indirecte chez Docaposte Docaposte compte aujourd’hui un réseau de plus de&hellip . . .

09 July 2020 0 commentaires 0

GAIA-X : Docaposte met sa chaîne de services de confiance au serv . . .

  général

Le Cloud séduit de plus en plus les entreprises en leur offrant la possibilité de bénéficier d’un accès permanent et…

09 July 2020 0 commentaires 0

Veille

IoT : faut-il investir beaucoup pour séduire le grand public ?

IoT : faut-il investir beaucoup pour séduire le grand public ?
Par  07 November 2017

Levées de fonds record, investissements en hausse : le marché des objets connectés séduit les financeurs. Investir autant d’argent suffit-il à conquérir le cœur du consommateur ? Éléments de réponse. Avec des investissements en hausse de 16% d’ici 2020, selon le cabinet IDC, l’Internet des objets continue de s’imposer auprès des professionnels. Pourtant, au-delà de la croissance du marché, la notoriété des objets connectés stagne. En 2016, seulement 36% des consommateurs affirmaient connaître les trackers d’activité -source institut GfK-.

Briser le « plafond de verre » du grand public

Pour Thomas Serval, co-fondateur de Kolibree, qui commercialise la brosse à dents connectée Ara, installer sa marque reste un enjeu majeur pour les start-up : « Développer un objet connecté ne coûte finalement pas si cher. Mais, pour le produire, le lancer puis faire connaître la marque, il faut parfois multiplier par cinq les investissements. » Depuis 2013, Kolibree a réalisé plusieurs levées de fonds. La plus récente (quatre millions de dollars) a eu lieu en 2016. Consultant en entreprise, spécialisé dans le domaine des objets connectés, Nicolas Mourier confirme cette facilité de développement : « Aujourd’hui, pour une start-up qui a une idée comme pour une entreprise qui veut connecter un objet existant, réaliser un prototype demeure simple et bon marché, car tous les outils sont à disposition. » Pour Thomas Serval, « une bonne idée ne suffit pas. L’originalité créé un premier buzz mais, pour briser le plafond de verre qui mène au grand public, il faut du temps et plus d’argent que ce que beaucoup de start-up peuvent dégager. »

« Si l’objet n’est pas adapté à un usage, c’est l’échec assuré »

La clé se situe aussi dans l’adéquation entre le produit et sa cible. « De nombreuses start-up se lancent avec une idée originale, amusante mais absurde, lèvent quelques fonds, puis disparaissent. Car, au final, si l’objet n’est pas adapté à l’usage que peut en faire le public, l’échec est assuré », affirme Nicolas Mourier. Lire la suite sur : blog-french-iot.laposte.fr