Ressources humaines

Les enjeux de la sécurisation des données

sécurisation des données
19 January 2016

Dans la course à la digitalisation et avec l'arrivée du cloud,la question de la sécurisation des données devient une priorité. À tel point que parfois cette question est un frein au déploiement des nouvelles technologies au sein des entreprises ou encore entraîne des procédures informatiques et individuelles contraignantes. Enjeu majeur s'il en est,le principe de précaution est encore la meilleure arme de la DSI contre les attaques malveillantes.

Si la vigilance quant aux pratiques corporates et individuelles reste de mise (60 % des piratages trouvent leur source en interne),l'externalisation de l'hébergement des données en mode SaaS ou via le cloud est plutôt une avancée en matière de sécurisation des données pour la DSI et la MOA. En se reposant sur des prestataires spécialisés dans la sécurité informatique,le travail quotidien de la DSI se simplifie en transférant une part de ses responsabilités sur le prestataire : back-up quotidien,sécurisation des flux,accessibilité des données,mises à jour automatiques des applications…

Bien évidemment,tout dépend de la sensibilité des données produites pour l'entreprise. Dans certains cas,une part non négligeable des informations gérées par la DSI reste sur les serveurs internes. Pour les plus petites structures,en revanche,le mode SaaS ou le cloud sont une solution à la fois extrêmement sécure et très libératrice puisqu'ils permettent d'externaliser l'ensemble de la gestion des données tout en les laissant accessibles de n'importe où.

Principe de précaution et vigilance.

Retenons trois points clés pour limiter les pratiques à risque :

1- La sauvegarde des données

Aucune négligence n'est possible dans le domaine de la sauvegarde quotidienne des données : que l'on soit une entreprise ou une collectivité,quel que soit le nombre de collaborateurs ou la taille de la structure,les données sont au cœur de l’organisation et du travail quotidien. Une mise à jour qui tourne mal,un black-out,un serveur déficient... et la perte de données est incommensurable.

2- Les pratiques individuelles

Trop souvent,la sécurité des données est perçue comme une problématique technique qui doit être maitrisée par le service informatique. C'est oublier que le niveau de sécurité d'un système se mesure à son maillon le plus faible. Un collaborateur non sensibilisé aux enjeux de sécurité représente un risque à déjouer. Tout ne repose pas sur un mode de passe,bien informer les utilisateurs fait partie du principe de précaution.

3- La confidentialité des données

C'est une des préoccupations stratégiques majeures des entreprises. La responsabilité légale de l'entreprise (cf. les données dites “sensibles” encadrées par la CNIL) et la protection de son capital intellectuel sont en jeu. Le risque zéro n'existe pas : en France,1 entreprise sur 2 serait piratée ! Avec ou sans le recours au cloud,l'information en réseau s’est généralisée,ce qui encourage le hacking.

En conclusion,la vigilance de la DSI en matière de formation des collaborateurs et d'optimisation de la sécurité interne associée à un prestataire hébergeur disposant des compétences confirmées en sécurisation est une combinaison sûre pour la protection de votre entreprise : à trouver dès maintenant !

sécurisation des données

Dans la course à la digitalisation et avec l'arrivée du cloud,la question de la sécurisation des données devient une priorité. À tel point que parfois cette question est un frein au déploiement des nouvelles technologies au sein des entreprises ou encore entraîne des procédures informatiques et individuelles contraignantes. Enjeu majeur s'il en est,le principe de précaution est encore la meilleure arme de la DSI contre les attaques malveillantes.

 

Si la vigilance quant aux pratiques corporates et individuelles reste de mise (60 % des piratages trouvent leur source en interne),l'externalisation de l'hébergement des données en mode SaaS ou via le cloud est plutôt une avancée en matière de sécurisation des données pour la DSI et la MOA. En se reposant sur des prestataires spécialisés dans la sécurité informatique,le travail quotidien de la DSI se simplifie en transférant une part de ses responsabilités sur le prestataire : back-up quotidien,sécurisation des flux,accessibilité des données,mises à jour automatiques des applications…

 

Bien évidemment,tout dépend de la sensibilité des données produites pour l'entreprise. Dans certains cas,une part non négligeable des informations gérées par la DSI reste sur les serveurs internes. Pour les plus petites structures,en revanche,le mode SaaS ou le cloud sont une solution à la fois extrêmement sécure et très libératrice puisqu'ils permettent d'externaliser l'ensemble de la gestion des données tout en les laissant accessibles de n'importe où.

 

Principe de précaution et vigilance.

Retenons trois points clés pour limiter les pratiques à risque :
 

1- La sauvegarde des données

Aucune négligence n'est possible dans le domaine de la sauvegarde quotidienne des données : que l'on soit une entreprise ou une collectivité,quel que soit le nombre de collaborateurs ou la taille de la structure,les données sont au cœur de l’organisation et du travail quotidien. Une mise à jour qui tourne mal,un black-out,un serveur déficient... et la perte de données est incommensurable.

 

2- Les pratiques individuelles

Trop souvent,la sécurité des données est perçue comme une problématique technique qui doit être maitrisée par le service informatique. C'est oublier que le niveau de sécurité d'un système se mesure à son maillon le plus faible. Un collaborateur non sensibilisé aux enjeux de sécurité représente un risque à déjouer. Tout ne repose pas sur un mode de passe,bien informer les utilisateurs fait partie du principe de précaution.

 

3- La confidentialité des données

C'est une des préoccupations stratégiques majeures des entreprises. La responsabilité légale de l'entreprise (cf. les données dites “sensibles” encadrées par la CNIL) et la protection de son capital intellectuel sont en jeu. Le risque zéro n'existe pas : en France,1 entreprise sur 2 serait piratée ! Avec ou sans le recours au cloud,l'information en réseau s’est généralisée,ce qui encourage le hacking.

 

En conclusion,la vigilance de la DSI en matière de formation des collaborateurs et d'optimisation de la sécurité interne associée à un prestataire hébergeur disposant des compétences confirmées en sécurisation est une combinaison sûre pour la protection de votre entreprise : à trouver dès maintenant ! 

Évaluez l'article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucune évaluation)
Partagez l'article :

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser

Pourquoi adopter la signature électronique ?

  général, Relation Clients, signature électronique

La signature électronique fait désormais partie des outils numériques mis à la disposition des entreprises et collectivités. Elle représente . . .

01 July 2019 0 commentaires 0

Carte Blanche Partenaires devient opérateur frontal accrédité Ses . . .

  business partner, dématérialisation, digitalisation, données numériques, esanté, gestion administrative

 Afin de mieux accompagner les professionnels de santé dans la mise en place du tiers-payant généralisé, Carte Blanche Partenaires… . . .

09 April 2019 0 commentaires 0

Tour de France de la Transformation Numérique

  digitalisation, nouvelles technologies, transformation digitale, transition digitale, transition numérique

Tour de France de la Transformation Numérique : Accompagner les TPE PME des territoires dans la croissance associée à leur…

18 March 2019 0 commentaires 0

Ressources humaines

Les enjeux de la sécurisation des données

sécurisation des données
Par  19 January 2016

Dans la course à la digitalisation et avec l'arrivée du cloud,la question de la sécurisation des données devient une priorité. À tel point que parfois cette question est un frein au déploiement des nouvelles technologies au sein des entreprises ou encore entraîne des procédures informatiques et individuelles contraignantes. Enjeu majeur s'il en est,le principe de précaution est encore la meilleure arme de la DSI contre les attaques malveillantes. Si la vigilance quant aux pratiques corporates et individuelles reste de mise (60 % des piratages trouvent leur source en interne),l'externalisation de l'hébergement des données en mode SaaS ou via le cloud est plutôt une avancée en matière de sécurisation des données pour la DSI et la MOA. En se reposant sur des prestataires spécialisés dans la sécurité informatique,le travail quotidien de la DSI se simplifie en transférant une part de ses responsabilités sur le prestataire : back-up quotidien,sécurisation des flux,accessibilité des données,mises à jour automatiques des applications… Bien évidemment,tout dépend de la sensibilité des données produites pour l'entreprise. Dans certains cas,une part non négligeable des informations gérées par la DSI reste sur les serveurs internes. Pour les plus petites structures,en revanche,le mode SaaS ou le cloud sont une solution à la fois extrêmement sécure et très libératrice puisqu'ils permettent d'externaliser l'ensemble de la gestion des données tout en les laissant accessibles de n'importe où.

Principe de précaution et vigilance.

Retenons trois points clés pour limiter les pratiques à risque : 1- La sauvegarde des données Aucune négligence n'est possible dans le domaine de la sauvegarde quotidienne des données : que l'on soit une entreprise ou une collectivité,quel que soit le nombre de collaborateurs ou la taille de la structure,les données sont au cœur de l’organisation et du travail quotidien. Une mise à jour qui tourne mal,un black-out,un serveur déficient... et la perte de données est incommensurable. 2- Les pratiques individuelles Trop souvent,la sécurité des données est perçue comme une problématique technique qui doit être maitrisée par le service informatique. C'est oublier que le niveau de sécurité d'un système se mesure à son maillon le plus faible. Un collaborateur non sensibilisé aux enjeux de sécurité représente un risque à déjouer. Tout ne repose pas sur un mode de passe,bien informer les utilisateurs fait partie du principe de précaution. 3- La confidentialité des données C'est une des préoccupations stratégiques majeures des entreprises. La responsabilité légale de l'entreprise (cf. les données dites “sensibles” encadrées par la CNIL) et la protection de son capital intellectuel sont en jeu. Le risque zéro n'existe pas : en France,1 entreprise sur 2 serait piratée ! Avec ou sans le recours au cloud,l'information en réseau s’est généralisée,ce qui encourage le hacking. En conclusion,la vigilance de la DSI en matière de formation des collaborateurs et d'optimisation de la sécurité interne associée à un prestataire hébergeur disposant des compétences confirmées en sécurisation est une combinaison sûre pour la protection de votre entreprise : à trouver dès maintenant !
sécurisation des données

Dans la course à la digitalisation et avec l'arrivée du cloud,la question de la sécurisation des données devient une priorité. À tel point que parfois cette question est un frein au déploiement des nouvelles technologies au sein des entreprises ou encore entraîne des procédures informatiques et individuelles contraignantes. Enjeu majeur s'il en est,le principe de précaution est encore la meilleure arme de la DSI contre les attaques malveillantes.

 

Si la vigilance quant aux pratiques corporates et individuelles reste de mise (60 % des piratages trouvent leur source en interne),l'externalisation de l'hébergement des données en mode SaaS ou via le cloud est plutôt une avancée en matière de sécurisation des données pour la DSI et la MOA. En se reposant sur des prestataires spécialisés dans la sécurité informatique,le travail quotidien de la DSI se simplifie en transférant une part de ses responsabilités sur le prestataire : back-up quotidien,sécurisation des flux,accessibilité des données,mises à jour automatiques des applications…

 

Bien évidemment,tout dépend de la sensibilité des données produites pour l'entreprise. Dans certains cas,une part non négligeable des informations gérées par la DSI reste sur les serveurs internes. Pour les plus petites structures,en revanche,le mode SaaS ou le cloud sont une solution à la fois extrêmement sécure et très libératrice puisqu'ils permettent d'externaliser l'ensemble de la gestion des données tout en les laissant accessibles de n'importe où.

 

Principe de précaution et vigilance.

Retenons trois points clés pour limiter les pratiques à risque :
 

1- La sauvegarde des données

Aucune négligence n'est possible dans le domaine de la sauvegarde quotidienne des données : que l'on soit une entreprise ou une collectivité,quel que soit le nombre de collaborateurs ou la taille de la structure,les données sont au cœur de l’organisation et du travail quotidien. Une mise à jour qui tourne mal,un black-out,un serveur déficient... et la perte de données est incommensurable.

 

2- Les pratiques individuelles

Trop souvent,la sécurité des données est perçue comme une problématique technique qui doit être maitrisée par le service informatique. C'est oublier que le niveau de sécurité d'un système se mesure à son maillon le plus faible. Un collaborateur non sensibilisé aux enjeux de sécurité représente un risque à déjouer. Tout ne repose pas sur un mode de passe,bien informer les utilisateurs fait partie du principe de précaution.

 

3- La confidentialité des données

C'est une des préoccupations stratégiques majeures des entreprises. La responsabilité légale de l'entreprise (cf. les données dites “sensibles” encadrées par la CNIL) et la protection de son capital intellectuel sont en jeu. Le risque zéro n'existe pas : en France,1 entreprise sur 2 serait piratée ! Avec ou sans le recours au cloud,l'information en réseau s’est généralisée,ce qui encourage le hacking.

 

En conclusion,la vigilance de la DSI en matière de formation des collaborateurs et d'optimisation de la sécurité interne associée à un prestataire hébergeur disposant des compétences confirmées en sécurisation est une combinaison sûre pour la protection de votre entreprise : à trouver dès maintenant !