Relation Clients

Quel regard porte la génération Y sur les données personnelles dans la banque assurance ?

génération Y banques et assurances
23 February 2018

Être « digital native » ne signifie pas être « geek ». Les « Y » sont prêts à partager leurs données personnelles, mais principalement contre des avantages sonnants et trébuchants. Là encore, leur posture dans ce domaine s’inscrit dans une vision pragmatique et utilitaire des banques et des assurances.

1 / Deux jeunes sur trois prêts à partager leurs informations personnelles

Serez-vous prêt(e) à partager plus d'informations vous concernant avec votre banque / votre assureur pour bénéficier de services personnalisés ?

Si la génération Y se déclare prêts à partager leurs données personnelles, ils indiquent également très clairement aux banques et aux assurances quelles seront les règles du jeu et les réglementation de la relation client. Comme en matière de relation clients, il ne sera pas non plus possible de tricher. Ce n’est pas parce que les « Y », sont nés avec le numérique, qu’ils sont attirés mécaniquement par les technologies sans en comprendre la finalité.

2 / Une approche décomplexée du partage de données

Que pensez-vous du concept de moduler les primes d’assurance en fonction du comportement de chacun ?

Par exemple, un boîtier connecté dans votre voiture évalue si vous conduisez prudemment et si c’est le cas, vous permet d’obtenir des ristournes sur votre prime d’assurance auto ; ou bien un bracelet connecté mesure votre activité physique, permettant de vous conseiller au quotidien et de réduire votre prime d’assurance santé si vous atteignez le niveau d’exercice prévu dans votre contrat.

Les données personnelles représentent une valeur monétisable pour les banques et les assurances. Non seulement les « Y » en sont parfaitement conscients, mais ils commencent aussi à mettre un prix sur ces données partagées. Cette tendance est d’ailleurs lisible dans ces résultats si l’on observe la hiérarchie relativement nette qui s’établit entre les partages de données donnant lieu à des avantages financiers (opportunités, promotions, baisses de tarifs) et ceux, moins largement plébiscités, qui relèvent du service et de l’accompagnement.

 

3 / Une attente de conseil proactif et pertinent

En matière de personnalisation de services, à quel point seriez-vous intéressé(e) par les propositions ci-dessous

Télécharger le livre blanc

Évaluez l'article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucune évaluation)
Partagez l'article :

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser

Digitalisation des parcours clients : solutions clés et bonnes pr . . .

  digitalisation, outils digitaux, signature électronique, transformation digitale

Mutuelles & sociétés de prévoyance La crise de la COVID 19 n’a épargné aucun secteur. Elle a chamboulé l’organisation et… . . .

16 September 2020 0 commentaires 0

Archivage électronique : « Avec l’acquisition de CDC Arkhinéo, Do . . .

  général

3 questions à Charles Du Boullay, Directeur de la BU Archivage numérique chez Docaposte Annoncée fin mai, l’acquisition de CDC…

20 July 2020 0 commentaires 0

Distribution indirecte : « Docaposte accompagne ses partenaires d . . .

  général

3 questions à Alicia Angles, Directrice de la Distribution Indirecte chez Docaposte Docaposte compte aujourd’hui un réseau de plus de&hellip . . .

09 July 2020 0 commentaires 0

Relation Clients

Quel regard porte la génération Y sur les données personnelles dans la banque assurance ?

génération Y banques et assurances
Par  23 February 2018

Être « digital native » ne signifie pas être « geek ». Les « Y » sont prêts à partager leurs données personnelles, mais principalement contre des avantages sonnants et trébuchants. Là encore, leur posture dans ce domaine s’inscrit dans une vision pragmatique et utilitaire des banques et des assurances.

1 / Deux jeunes sur trois prêts à partager leurs informations personnelles

Serez-vous prêt(e) à partager plus d'informations vous concernant avec votre banque / votre assureur pour bénéficier de services personnalisés ? Si la génération Y se déclare prêts à partager leurs données personnelles, ils indiquent également très clairement aux banques et aux assurances quelles seront les règles du jeu et les réglementation de la relation client. Comme en matière de relation clients, il ne sera pas non plus possible de tricher. Ce n’est pas parce que les « Y », sont nés avec le numérique, qu’ils sont attirés mécaniquement par les technologies sans en comprendre la finalité.

2 / Une approche décomplexée du partage de données

Que pensez-vous du concept de moduler les primes d’assurance en fonction du comportement de chacun ? Par exemple, un boîtier connecté dans votre voiture évalue si vous conduisez prudemment et si c’est le cas, vous permet d’obtenir des ristournes sur votre prime d’assurance auto ; ou bien un bracelet connecté mesure votre activité physique, permettant de vous conseiller au quotidien et de réduire votre prime d’assurance santé si vous atteignez le niveau d’exercice prévu dans votre contrat. Les données personnelles représentent une valeur monétisable pour les banques et les assurances. Non seulement les « Y » en sont parfaitement conscients, mais ils commencent aussi à mettre un prix sur ces données partagées. Cette tendance est d’ailleurs lisible dans ces résultats si l’on observe la hiérarchie relativement nette qui s’établit entre les partages de données donnant lieu à des avantages financiers (opportunités, promotions, baisses de tarifs) et ceux, moins largement plébiscités, qui relèvent du service et de l’accompagnement.  

3 / Une attente de conseil proactif et pertinent

En matière de personnalisation de services, à quel point seriez-vous intéressé(e) par les propositions ci-dessous Télécharger le livre blanc