Relation Clients

Fiabilisation de la chaîne de facturation jusqu’au paiement : faisons le point.

24 June 2019

Nous y étions !

Le 12 juin 2019, Docaposte s’est associé en qualité de partenaire aux Assises et Prix des Délais de Paiement 2019 afin de partager sa conviction et présenter l’ensemble de ses solutions et innovations permettant de fiabiliser la chaîne de valeur facturation/paiement.

Factures et délais de paiement : le fléau des mauvais payeurs

Bien que les délais de paiement soient encadrés par la loi de modernisation de l’Économie (LME), le constat reste sans appel : les impayés de factures et les retards de paiement demeurent parmi les principales causes de difficultés de trésorerie de nos entreprises : PME/TPE/ETI. Ce sont l’Etat et les Grandes Entreprises qui génèrent le plus de retards de paiement : 1 sur 2 ne paie pas ses factures dans les délais impartis, contre 2 PME sur 3 qui paient à l’heure. La France ne fait cependant pas partie des plus mauvais élèves puisque sur ces 10 dernières années, le retard de règlement moyen est inférieur à celui observé en Europe.[1]

Mais doit-on pour autant accepter de figurer parmi les pays « moyens » ? Ne devrions-nous pas porter l’ambition de figurer parmi les meilleurs payeurs, aux côtés de l’Allemagne et des Pays-Bas notamment ?

Initiatives gouvernementales, chartes, labels et solutions technologiques, il existe de plus en plus de dispositifs pour lutter contre les retards de paiements. Objectif : basculer vers le capitalisme du 21ème siècle, en adoptant des comportements plus acceptables et responsables.

C’est l’occasion de faire un point de situation des grandes orientations pour lutter contre ce fléau.

 

Reconstruire confiance et dialogue

Pour que la France figure parmi les meilleurs payeurs, des bonnes pratiques se mettent progressivement en place.

De gros efforts en particulier sont fournis du côté de la commande publique pour réduire ces délais, sachant que les Collectivités indiquent payer leurs fournisseurs en moins de 30 jours (à l’exception des Régions). [2]

En parallèle, le Médiateur des entreprises (service national placé auprès du ministre de l'Économie français), œuvre activement et tente de faire prendre conscience aux entreprises qui ne paient pas dans les temps leurs factures fournisseurs qu’elles mettent en péril les plus fragiles.

Mettre en place un dialogue avec les entreprises, tenter de résoudre les causes de blocages de factures dans les systèmes de contrôles (bien souvent à causes de process internes sans réel justification) et renforcer la confiance dans les paiements et donc dans l’économie… autant de challenge à relever.

Le défi est d’envergure et nécessite encore bien des efforts de part et d’autre car à ce jour, les  retards de paiement de facture sont la cause de 25% des faillites et représentent 25% des raisons de la saisine du Médiateur des entreprises.

Fin 2019 : + de 12 000 chefs d’entreprises et 50 000 salariés auront perdu leurs emplois à cause des délais de paiement selon les prévisions du cabinet d’études Altares.

La loi PACTE (projet qui vise à développer les entreprises françaises) assure un renforcement de la lutte contre les mauvais payeurs : c’est le cas notamment avec le « name and shame » qui consiste à révéler dans la presse leur identité, en plus de leur infliger des amendes administratives conséquentes.

Ce dispositif répressif va-t-il suffire à éradiquer le fléau et aider les entreprises à faire face aux retards de paiements ?

 

La conviction de Docaposte et les solutions apportées

Les solutions apportées par Docaposte sont basées sur un constat simple : l’optimisation du paiement des factures, et donc l’augmentation du cash-flow, passe par la digitalisation et l’automatisation des process d’un bout à l’autre de la chaîne de traitement des paiements, de la facturation à l’encaissement.

Concrètement, pour parvenir à résoudre les problèmes de trésorerie il faut:

  • agir sur l’ensemble du cycle de la souscription à la facturation, en passant par l’encaissement,
  • optimiser et fiabiliser le parcours clients-fournisseurs,
  • simplifier et accélérer le cycle de règlement.

Ce traitement de bout en bout doit être opéré dans la durée avec un partenaire de confiance, garantissant ainsi la pérennité et la sécurité des flux échangés.

Une facture traitée plus rapidement

Le choix du mode d’expédition de la facture et de son format sont déterminants pour qu’elle soit traitée dans les meilleurs délais : papier, électronique, PDF, EDI, plateforme Chorus notamment.

Docaposte propose une solution globale qui permet d’automatiser l’envoi et la réception des factures quel que soit leur format et le canal utilisé. Le client dispose d’un guichet unique pour toutes les factures entrantes et sortantes, il gagne ainsi un temps précieux dans le traitement de ses tâches. L’émission et la réception de la facture est accélérée avec l’assurance d’une parfaite conformité réglementaire et fiscale.

Une facture traitée et validée plus vite peut donc logiquement être mise en paiement plus rapidement !

Un paiement plus souple et sécurisé

La solution PAYNUM est un portail omni-paiement développé par Docaposte, accessible en multicanal, qui permet l’activation de l’option de paiement de son choix.

Que le client reçoive sa facture au format papier ou électronique, il peut déclencher son paiement de manière très simple en flashant le code 2D avec son smartphone, ou en se connectant à une adresse web imprimée sur sa facture. Pour une facture électronique, la validation du paiement peut s’effectuer en un clic.

La solution permet également de signer un mandat de prélèvement, par voie électronique ou papier, pour adhérer au prélèvement automatique : ainsi, le paiement est déclenché automatiquement dès l’émission de la facture.

En cas de rejet du paiement, un process de recouvrement spécifique dépendant de la cause du rejet peut être mis en place.

Cette gestion efficace du recouvrement des créances, qui va de la  fiabilisation de la chaîne de facturation à la simplification du paiement, permet l’amélioration du besoin en fonds de roulement (BFR) des entreprises.

Et pour le futur, quelles nouvelles solutions se profilent ?

Parallèlement à une réelle prise de conscience de l’ensemble des acteurs, l’intelligence artificielle va permettre d’automatiser totalement les process en vue d’éradiquer les retards de paiement, permettant ainsi à la France de figurer au palmarès des meilleurs payeurs européens.

 

[1] Rappel des règles : Secteur privé : 60 jours maximum

Secteur public : 30 jours maximum (sauf pour les hôpitaux qui bénéficient d’un délai de 50 jours maximum)

[2] Source : Les chiffres clés Monde, en association avec Dun & Bradstreet – données collectées par Cribis/données retraitées par Altares 2019

 

Évaluez l'article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucune évaluation)
Partagez l'article :

Mots clés : paie

0 Commentaires

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser

Les enjeux de la conformité paie

  conformité, dématérialisation, général, paie, RH

La gestion de la paie est de plus en plus ardue pour les services RH des entreprises. Les évolutions et…

04 November 2015 0 commentaires 0

Relation Clients

Fiabilisation de la chaîne de facturation jusqu’au paiement : faisons le point.

Par  24 June 2019

Nous y étions ! Le 12 juin 2019, Docaposte s’est associé en qualité de partenaire aux Assises et Prix des Délais de Paiement 2019 afin de partager sa conviction et présenter l’ensemble de ses solutions et innovations permettant de fiabiliser la chaîne de valeur facturation/paiement. Factures et délais de paiement : le fléau des mauvais payeurs Bien que les délais de paiement soient encadrés par la loi de modernisation de l’Économie (LME), le constat reste sans appel : les impayés de factures et les retards de paiement demeurent parmi les principales causes de difficultés de trésorerie de nos entreprises : PME/TPE/ETI. Ce sont l’Etat et les Grandes Entreprises qui génèrent le plus de retards de paiement : 1 sur 2 ne paie pas ses factures dans les délais impartis, contre 2 PME sur 3 qui paient à l’heure. La France ne fait cependant pas partie des plus mauvais élèves puisque sur ces 10 dernières années, le retard de règlement moyen est inférieur à celui observé en Europe.[1] Mais doit-on pour autant accepter de figurer parmi les pays « moyens » ? Ne devrions-nous pas porter l’ambition de figurer parmi les meilleurs payeurs, aux côtés de l’Allemagne et des Pays-Bas notamment ? Initiatives gouvernementales, chartes, labels et solutions technologiques, il existe de plus en plus de dispositifs pour lutter contre les retards de paiements. Objectif : basculer vers le capitalisme du 21ème siècle, en adoptant des comportements plus acceptables et responsables. C’est l’occasion de faire un point de situation des grandes orientations pour lutter contre ce fléau.   Reconstruire confiance et dialogue Pour que la France figure parmi les meilleurs payeurs, des bonnes pratiques se mettent progressivement en place. De gros efforts en particulier sont fournis du côté de la commande publique pour réduire ces délais, sachant que les Collectivités indiquent payer leurs fournisseurs en moins de 30 jours (à l’exception des Régions). [2] En parallèle, le Médiateur des entreprises (service national placé auprès du ministre de l'Économie français), œuvre activement et tente de faire prendre conscience aux entreprises qui ne paient pas dans les temps leurs factures fournisseurs qu’elles mettent en péril les plus fragiles. Mettre en place un dialogue avec les entreprises, tenter de résoudre les causes de blocages de factures dans les systèmes de contrôles (bien souvent à causes de process internes sans réel justification) et renforcer la confiance dans les paiements et donc dans l’économie… autant de challenge à relever. Le défi est d’envergure et nécessite encore bien des efforts de part et d’autre car à ce jour, les  retards de paiement de facture sont la cause de 25% des faillites et représentent 25% des raisons de la saisine du Médiateur des entreprises. Fin 2019 : + de 12 000 chefs d’entreprises et 50 000 salariés auront perdu leurs emplois à cause des délais de paiement selon les prévisions du cabinet d’études Altares. La loi PACTE (projet qui vise à développer les entreprises françaises) assure un renforcement de la lutte contre les mauvais payeurs : c’est le cas notamment avec le « name and shame » qui consiste à révéler dans la presse leur identité, en plus de leur infliger des amendes administratives conséquentes. Ce dispositif répressif va-t-il suffire à éradiquer le fléau et aider les entreprises à faire face aux retards de paiements ?   La conviction de Docaposte et les solutions apportées Les solutions apportées par Docaposte sont basées sur un constat simple : l’optimisation du paiement des factures, et donc l’augmentation du cash-flow, passe par la digitalisation et l’automatisation des process d’un bout à l’autre de la chaîne de traitement des paiements, de la facturation à l’encaissement. Concrètement, pour parvenir à résoudre les problèmes de trésorerie il faut:

Ce traitement de bout en bout doit être opéré dans la durée avec un partenaire de confiance, garantissant ainsi la pérennité et la sécurité des flux échangés. Une facture traitée plus rapidement Le choix du mode d’expédition de la facture et de son format sont déterminants pour qu’elle soit traitée dans les meilleurs délais : papier, électronique, PDF, EDI, plateforme Chorus notamment. Docaposte propose une solution globale qui permet d’automatiser l’envoi et la réception des factures quel que soit leur format et le canal utilisé. Le client dispose d’un guichet unique pour toutes les factures entrantes et sortantes, il gagne ainsi un temps précieux dans le traitement de ses tâches. L’émission et la réception de la facture est accélérée avec l’assurance d’une parfaite conformité réglementaire et fiscale. Une facture traitée et validée plus vite peut donc logiquement être mise en paiement plus rapidement ! Un paiement plus souple et sécurisé La solution PAYNUM est un portail omni-paiement développé par Docaposte, accessible en multicanal, qui permet l’activation de l’option de paiement de son choix. Que le client reçoive sa facture au format papier ou électronique, il peut déclencher son paiement de manière très simple en flashant le code 2D avec son smartphone, ou en se connectant à une adresse web imprimée sur sa facture. Pour une facture électronique, la validation du paiement peut s’effectuer en un clic. La solution permet également de signer un mandat de prélèvement, par voie électronique ou papier, pour adhérer au prélèvement automatique : ainsi, le paiement est déclenché automatiquement dès l’émission de la facture. En cas de rejet du paiement, un process de recouvrement spécifique dépendant de la cause du rejet peut être mis en place. Cette gestion efficace du recouvrement des créances, qui va de la  fiabilisation de la chaîne de facturation à la simplification du paiement, permet l’amélioration du besoin en fonds de roulement (BFR) des entreprises. Et pour le futur, quelles nouvelles solutions se profilent ? Parallèlement à une réelle prise de conscience de l’ensemble des acteurs, l’intelligence artificielle va permettre d’automatiser totalement les process en vue d’éradiquer les retards de paiement, permettant ainsi à la France de figurer au palmarès des meilleurs payeurs européens.   [1] Rappel des règles : Secteur privé : 60 jours maximum Secteur public : 30 jours maximum (sauf pour les hôpitaux qui bénéficient d’un délai de 50 jours maximum) [2] Source : Les chiffres clés Monde, en association avec Dun & Bradstreet – données collectées par Cribis/données retraitées par Altares 2019