Relation Clients

"Ce n’est plus la banque qui décide" (Alice Holzman, La Banque Postale)

Alice Holzman Directrice du Digital et de la Communication, La Banque Postale
23 October 2017

Le paradigme de la relation clients a radicalement changé dans la banque, comme dans bien d’autres secteurs. Lorsque l’enquête interroge les jeunes sur ce qu’évoque pour eux le mot « banque », ils répondent « stress » et « rendez-vous ». Cela montre tout le paradoxe d’une situation où les usages d’une génération se confrontent aux règles établies par une autre, bien avant eux. Avec le mobile et les réseaux sociaux, les jeunes clients bancaires ont appris l’indépendance et l’autonomie. Et c’est aujourd’hui ce qu’ils attendent principalement de leur banque, qu’elle les laisse « prendre la main », et décider de ce qui est bien pour eux. Mais sans pour autant les laisser livrés à eux-mêmes ! Le rapport de forces a changé.

Aujourd’hui, ce n’est plus la banque qui décide ou qui convoque comme par le passé.  C’est à elle, au contraire, qu’il revient de s’adapter à la disponibilité et aux modes de communication de ses clients. Il s’agit de proposer une expérience client unique et cohérente à travers tous les canaux d’interaction, y compris l’agence physique.

Le vrai changement, c’est que la banque devient personnalisée et proactive, pour accompagner le client dans ses projets et lui faciliter le quotidien.

 

L’enquête le souligne assez, le rapport de la génération « Y » à sa banque est avant tout pragmatique. Cette observation doit ramener la banque elle-même à ses fondamentaux. Ce qui fait sa rentabilité n’est pas tant que le client sache qu’elle existe, mais qu’il fasse appel le plus souvent possible à ses services. D’un point de vue métier, la simplification doit donc viser la récurrence d’usage. Il s’agit de profiter du capital de confiance encore élevé dont dispose l’institution bancaire. C’est un atout historique, mais qui est toujours susceptible d’être remis en cause par de nouveaux entrants proposant une expérience plus simple. Ce à quoi nous invite cette enquête, c’est en définitive à nous retrousser les manches pour faire advenir plus complètement encore la banque de demain, plus proactive, plus personnalisée et plus proche.

 

Logo La Banque Postale

Alice Holzman
Directrice du Digital et de la Communication, La Banque Postale

 

Télécharger le livre blanc

Évaluez l'article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucune évaluation)
Partagez l'article :

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser

Digitalisation des parcours clients : solutions clés et bonnes pr . . .

  digitalisation, outils digitaux, signature électronique, transformation digitale

Mutuelles & sociétés de prévoyance La crise de la COVID 19 n’a épargné aucun secteur. Elle a chamboulé l’organisation et… . . .

16 September 2020 0 commentaires 0

Archivage électronique : « Avec l’acquisition de CDC Arkhinéo, Do . . .

  général

3 questions à Charles Du Boullay, Directeur de la BU Archivage numérique chez Docaposte Annoncée fin mai, l’acquisition de CDC…

20 July 2020 0 commentaires 0

Distribution indirecte : « Docaposte accompagne ses partenaires d . . .

  général

3 questions à Alicia Angles, Directrice de la Distribution Indirecte chez Docaposte Docaposte compte aujourd’hui un réseau de plus de&hellip . . .

09 July 2020 0 commentaires 0

Relation Clients

"Ce n’est plus la banque qui décide" (Alice Holzman, La Banque Postale)

Alice Holzman Directrice du Digital et de la Communication, La Banque Postale
Par  23 October 2017

Le paradigme de la relation clients a radicalement changé dans la banque, comme dans bien d’autres secteurs. Lorsque l’enquête interroge les jeunes sur ce qu’évoque pour eux le mot « banque », ils répondent « stress » et « rendez-vous ». Cela montre tout le paradoxe d’une situation où les usages d’une génération se confrontent aux règles établies par une autre, bien avant eux. Avec le mobile et les réseaux sociaux, les jeunes clients bancaires ont appris l’indépendance et l’autonomie. Et c’est aujourd’hui ce qu’ils attendent principalement de leur banque, qu’elle les laisse « prendre la main », et décider de ce qui est bien pour eux. Mais sans pour autant les laisser livrés à eux-mêmes ! Le rapport de forces a changé. Aujourd’hui, ce n’est plus la banque qui décide ou qui convoque comme par le passé.  C’est à elle, au contraire, qu’il revient de s’adapter à la disponibilité et aux modes de communication de ses clients. Il s’agit de proposer une expérience client unique et cohérente à travers tous les canaux d’interaction, y compris l’agence physique.

Le vrai changement, c’est que la banque devient personnalisée et proactive, pour accompagner le client dans ses projets et lui faciliter le quotidien.

  L’enquête le souligne assez, le rapport de la génération « Y » à sa banque est avant tout pragmatique. Cette observation doit ramener la banque elle-même à ses fondamentaux. Ce qui fait sa rentabilité n’est pas tant que le client sache qu’elle existe, mais qu’il fasse appel le plus souvent possible à ses services. D’un point de vue métier, la simplification doit donc viser la récurrence d’usage. Il s’agit de profiter du capital de confiance encore élevé dont dispose l’institution bancaire. C’est un atout historique, mais qui est toujours susceptible d’être remis en cause par de nouveaux entrants proposant une expérience plus simple. Ce à quoi nous invite cette enquête, c’est en définitive à nous retrousser les manches pour faire advenir plus complètement encore la banque de demain, plus proactive, plus personnalisée et plus proche.   Logo La Banque Postale Alice Holzman Directrice du Digital et de la Communication, La Banque Postale   Télécharger le livre blanc