Paroles d’experts

Editique industrielle : « Docaposte est en capacité de traiter de forts volumes mais aussi de proposer une variété de prestations innovantes. »

editique docaposte
22 June 2020

3 questions à Katell Paul, Directrice des Activités Editique de Gestion et Marketing Direct chez Docaposte

Michael Sheriff portrait

Docaposte permet aux entreprises d'externaliser la production, la mise sous pli et l'affranchissement des documents simplement et en confiance. A l'ère du digital,  la décroissance de l’éditique amène à repenser ce métier qui a encore beaucoup de ressources. Comment s’adapter aux nouveaux besoins des organisations ?

Quels défis l’éditique doit-il relever face au digital ?

1. Quel constat global faites-vous du marché de l’éditique en France et de son activité chez Docaposte ?

« Le marché de l’éditique connaît une décroissance qui se vérifie depuis plusieurs années. Selon notre dernière étude de marché, on l’estime à environ 7% par an. Sans surprise, la baisse de l’éditique est liée au recul du courrier dont le volume diminue de manière similaire chaque année. La raison en est simple : la dématérialisation ne cesse de croître et les activités se digitalisent. Cette tendance forte du marché répond à une évolution historique, mais nous devons nous y adapter. A l’origine, Docaposte comptait un nombre important de sites dédiés à l’éditique : pour rester compétitif sur un marché en baisse, il nous a tout d’abord fallu recentrer cette activité sur 2 sites principaux.

En dépit de cette conjoncture, l’éditique reste une activité importante chez Docaposte qui est leader sur ce marché. Les besoins en externalisation du courrier continuent de croître du côté des entreprises, notamment dans le secteur de la bancassurance ou de l’énergie, et Docaposte, reconnu historiquement sur ce marché, est en capacité de traiter de forts volumes mais aussi de proposer une variété de prestations innovantes.

Notre défi est donc autant de nous adapter à la baisse de l’éditique que de maintenir notre positionnement et surtout, d’offrir une qualité de service optimale. »

« Docaposte est leader sur le marché de l’éditique. »

2. Dans ce contexte, comment évoluent les attentes des clients et comment s’y adapte Docaposte ?

« L’un des premiers enjeux est de se montrer suffisamment compétitif face au digital. Cela passe par une réorganisation qui doit permettre la massification des envois, c’est-à-dire la capacité à traiter de la même façon et dans un même flux industriel différents lots.  Or, pour en être capable, il faut standardiser les contenus. Ainsi, les coûts liés au traitement des données, à l’impression et bien sûr, à l’affranchissement sont optimisés.

Notre force est d’être un opérateur capable de traiter de gros volumes mais aussi de s’adapter aux attentes qui peuvent varier d’une entreprise à une autre. En effet, nos clients grands comptes ont besoin d’absorber des flux récurrents, d’être accompagnés par une équipe projet et d’avoir un suivi dédié. De leur côté, les PME vont plutôt attendre des réponses adaptées à leur taille et besoins. Souvent, une solution packagée assurant un fonctionnement facile, demandant peu de suivi mais un accompagnement en amont vers la solution clé-en-main la plus adaptée est la meilleure réponse. C’est pourquoi nous avons développé une nouvelle solution packagée, (baptisée Madrago) avec des options limitées.

Enfin, face à la baisse des volumes à traiter, de plus en plus d’entreprises sont en recherche d’externalisation. De nouveaux clients font appel à nous car nous savons répondre à ce type de besoins grâce à nos moyens industriels et à notre savoir-faire. En effet, face à des organisations qui dématérialisent de plus en plus leurs processus, c’est à nous de proposer des solutions hybrides à nos clients, plutôt que d’opposer éditique et dématérialisation. »

3. Justement, que propose Docaposte et comment réussit-elle à se démarquer à travers son offre ?

« Docaposte a des relais de croissance sur ce marché de l’éditique grâce à sa capacité à proposer des solutions complémentaires combinant à la fois savoir-faire éditique et solutions de dématérialisation telles que les prestations liées à l’archivage numérique ou à la signature électronique.

Nous proposons également à nos clients des solutions hybrides : un courrier est dématérialisé chez l’expéditeur et re-matérialisé sur un site Docaposte. Le pli est imprimé, mis sous enveloppe et affranchi.

Par ailleurs, malgré le défi que représente la gestion de la décroissance de l’éditique, nous avons décidé l’an dernier d’investir dans nos sites de production en modernisant nos outils industriels afin de conserver notre force de frappe, bien sûr, mais aussi d’améliorer notre qualité de service. De la même manière, nous sommes en mesure de proposer une solution globale avec un réel accompagnement grâce à notre savoir-faire en gestion de projet et à nos commerciaux qui sont des experts du métier et qui parlent le même langage que nos clients. Cela confère une force supplémentaire à notre relation client.

Outils de production, accompagnement client, savoir-faire et solutions transverses : nous avons tout ce qu’il faut pour conserver notre position de leader sur ce marché ! Par ailleurs, le fait d’être un acteur historique, filiale à 100% du Groupe La Poste, est rassurant pour les clients qui nous confient le traitement et l’impression de leurs documents. »

 

En savoir plus >

 

Évaluez l'article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucune évaluation)
Partagez l'article :

Mots clés : général

0 Commentaires

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser

Archivage électronique : « Avec l’acquisition de CDC Arkhinéo, Do . . .

  général

3 questions à Charles Du Boullay, Directeur de la BU Archivage numérique chez Docaposte Annoncée fin mai, l’acquisition de CDC…

20 July 2020 0 commentaires 0

Distribution indirecte : « Docaposte accompagne ses partenaires d . . .

  général

3 questions à Alicia Angles, Directrice de la Distribution Indirecte chez Docaposte Docaposte compte aujourd’hui un réseau de plus de&hellip . . .

09 July 2020 0 commentaires 0

GAIA-X : Docaposte met sa chaîne de services de confiance au serv . . .

  général

Le Cloud séduit de plus en plus les entreprises en leur offrant la possibilité de bénéficier d’un accès permanent et…

09 July 2020 0 commentaires 0

Paroles d’experts

Editique industrielle : « Docaposte est en capacité de traiter de forts volumes mais aussi de proposer une variété de prestations innovantes. »

editique docaposte
Par  22 June 2020

3 questions à Katell Paul, Directrice des Activités Editique de Gestion et Marketing Direct chez Docaposte

Michael Sheriff portrait Docaposte permet aux entreprises d'externaliser la production, la mise sous pli et l'affranchissement des documents simplement et en confiance. A l'ère du digital,  la décroissance de l’éditique amène à repenser ce métier qui a encore beaucoup de ressources. Comment s’adapter aux nouveaux besoins des organisations ? Quels défis l’éditique doit-il relever face au digital ?

1. Quel constat global faites-vous du marché de l’éditique en France et de son activité chez Docaposte ?

« Le marché de l’éditique connaît une décroissance qui se vérifie depuis plusieurs années. Selon notre dernière étude de marché, on l’estime à environ 7% par an. Sans surprise, la baisse de l’éditique est liée au recul du courrier dont le volume diminue de manière similaire chaque année. La raison en est simple : la dématérialisation ne cesse de croître et les activités se digitalisent. Cette tendance forte du marché répond à une évolution historique, mais nous devons nous y adapter. A l’origine, Docaposte comptait un nombre important de sites dédiés à l’éditique : pour rester compétitif sur un marché en baisse, il nous a tout d’abord fallu recentrer cette activité sur 2 sites principaux. En dépit de cette conjoncture, l’éditique reste une activité importante chez Docaposte qui est leader sur ce marché. Les besoins en externalisation du courrier continuent de croître du côté des entreprises, notamment dans le secteur de la bancassurance ou de l’énergie, et Docaposte, reconnu historiquement sur ce marché, est en capacité de traiter de forts volumes mais aussi de proposer une variété de prestations innovantes. Notre défi est donc autant de nous adapter à la baisse de l’éditique que de maintenir notre positionnement et surtout, d’offrir une qualité de service optimale. »
« Docaposte est leader sur le marché de l’éditique. »

2. Dans ce contexte, comment évoluent les attentes des clients et comment s’y adapte Docaposte ?

« L’un des premiers enjeux est de se montrer suffisamment compétitif face au digital. Cela passe par une réorganisation qui doit permettre la massification des envois, c’est-à-dire la capacité à traiter de la même façon et dans un même flux industriel différents lots.  Or, pour en être capable, il faut standardiser les contenus. Ainsi, les coûts liés au traitement des données, à l’impression et bien sûr, à l’affranchissement sont optimisés. Notre force est d’être un opérateur capable de traiter de gros volumes mais aussi de s’adapter aux attentes qui peuvent varier d’une entreprise à une autre. En effet, nos clients grands comptes ont besoin d’absorber des flux récurrents, d’être accompagnés par une équipe projet et d’avoir un suivi dédié. De leur côté, les PME vont plutôt attendre des réponses adaptées à leur taille et besoins. Souvent, une solution packagée assurant un fonctionnement facile, demandant peu de suivi mais un accompagnement en amont vers la solution clé-en-main la plus adaptée est la meilleure réponse. C’est pourquoi nous avons développé une nouvelle solution packagée, (baptisée Madrago) avec des options limitées. Enfin, face à la baisse des volumes à traiter, de plus en plus d’entreprises sont en recherche d’externalisation. De nouveaux clients font appel à nous car nous savons répondre à ce type de besoins grâce à nos moyens industriels et à notre savoir-faire. En effet, face à des organisations qui dématérialisent de plus en plus leurs processus, c’est à nous de proposer des solutions hybrides à nos clients, plutôt que d’opposer éditique et dématérialisation. »

3. Justement, que propose Docaposte et comment réussit-elle à se démarquer à travers son offre ?

« Docaposte a des relais de croissance sur ce marché de l’éditique grâce à sa capacité à proposer des solutions complémentaires combinant à la fois savoir-faire éditique et solutions de dématérialisation telles que les prestations liées à l’archivage numérique ou à la signature électronique. Nous proposons également à nos clients des solutions hybrides : un courrier est dématérialisé chez l’expéditeur et re-matérialisé sur un site Docaposte. Le pli est imprimé, mis sous enveloppe et affranchi. Par ailleurs, malgré le défi que représente la gestion de la décroissance de l’éditique, nous avons décidé l’an dernier d’investir dans nos sites de production en modernisant nos outils industriels afin de conserver notre force de frappe, bien sûr, mais aussi d’améliorer notre qualité de service. De la même manière, nous sommes en mesure de proposer une solution globale avec un réel accompagnement grâce à notre savoir-faire en gestion de projet et à nos commerciaux qui sont des experts du métier et qui parlent le même langage que nos clients. Cela confère une force supplémentaire à notre relation client. Outils de production, accompagnement client, savoir-faire et solutions transverses : nous avons tout ce qu’il faut pour conserver notre position de leader sur ce marché ! Par ailleurs, le fait d’être un acteur historique, filiale à 100% du Groupe La Poste, est rassurant pour les clients qui nous confient le traitement et l’impression de leurs documents. »  

En savoir plus >