e-santé

L’AI France Summit 2019 invite Docaposte pour parler d’e-santé

18 March 2019

Le 19 février 2019, la DGE, Direction Générale des Entreprises, le CGET, Commissariat Général à l’Egalité des Territoires, et Tech In France, ont organisé la journée AI France Summit pour dresser les potentialités de l’écosystème en France en matière d’intelligence artificielle et recueillir les témoignages et ambitions stratégiques des représentants des industries et services concernés.

C’est dans ce cadre que David de Amorim, Directeur innovation santé de Docaposte a été invité à témoigner sur l’IA au service du mieux-vivre.

Docaposte, un acteur majeur de l’e-santé en France

En tant que Tiers de confiance numérique, La Poste et sa filiale numérique Docaposte ont développé un écosystème de santé innovant proposant une plateforme e-santé pour les praticiens et une application La Poste eSanté, lancée à l’occasion du CES 2018. L’ensemble constitue un système sécurisé au sein duquel toutes les données de santé personnelles, confidentielles, sont conservées par Docaposte. Acteurs publics et tiers de confiance, fortes de leurs valeurs de neutralité, d’universalité, de pérennité et de proximité, La Poste et sa filiale Docaposte ont l’ambition de devenir un acteur moteur et majeur de la e-santé. Elles le font en étant respectueuses des données des citoyens et en se positionnant comme facilitateurs de l’e-santé au cœur de l’écosystème de santé français.

L'IA au service du mieux-vivre


Au cours de cette table-ronde David de Amorim a pu témoigner de l’engagement de Docaposte et apporter sa vision sur les multiples thèmes abordés. Nous vous la livrons dans ce post.

Propriété des données de santé

Les données de santé portent une dimension émotionnelle et affective très fortes, qui touche à l’individu, au « moi », dans un cadre réglementaire puissant et très protecteur.
Premier hébergeur de données de santé en France avec plus de 45 millions de dossiers actifs, Docaposte a développé un système sécurisé qui préserve toutes les données de santé personnelles, confidentielles, selon le cadre règlementaire RGPD. L’application la Poste eSanté est certifiée Dispositif Médical de Classe 1 et a été labellisée mHealth Quality (Premier label européen collectif en santé mobile et connecté qui évalue la pertinence médicale, la conformité juridique et réglementaire, la considération éthique, l’ergonomie et la protection de la vie privée des applications eSanté).

Régulation versus innovation

Les contraintes réglementaires n’ont pas empêché que de beaux projets dans l’IA en santé se développent en France et à l’international. Visible Patient, partenaire de Docaposte, par exemple, est une startup labellisée FDA (Food and Drug Administration - USA), qui propose un dispositif innovant de modélisation 3D des organes d’un patient à partir de ses images médicales radio et IRM. S’il utilise la modélisation proposée par Visible Patient, le chirurgien modifie le protocole opératoire dans 30 % des cas.

IOT et prévention

L’IOT a un rôle majeur à jouer dans la prévention si l’on ne sous-estime pas l’impact humain et si l’on se rappelle que la technologie est au service des professionnels de santé et des patients, et non l’inverse. Il ne faut pas imaginer que les objets connectés peuvent s’intégrer dans un environnement médical simplement. Leur implantation nécessite de travailler sur le fonctionnement de l’organisation de l’hôpital, sur les liens entre professionnels de santé et patients. Il faut repenser le cadre médical de suivi, la coordination et les métiers, etc.

Simplification et suivi des patients

Aujourd’hui encore, certains médecins craignent que l’IA ne les remplace. Il s’agit donc de réassurer la relation avec les professionnels de santé et d’apporter des services à valeur ajoutée pour travailler dans une logique de simplification et d’aide au quotidien. Pour être efficace, il faut capter une information structurée dans un espace de confiance et proposer les innovations en les rendant accessibles au plus grand nombre, gage de bénéfice pour l’ensemble du système de santé.

En tant que tiers de confiance, Docaposte est à même de réassurer cette relation et de partager la donnée et la rendre accessible. Par exemple, Docaposte et ELSAN ont présenté au CES 2019 l’assistant digital ADEL. Cette application propose aux patients de bénéficier d’un accompagnement digital et humain personnalisé tout au long de leur parcours de soins, de leur admission au suivi médical à distance. Les praticiens disposent eux d’un portail santé pour collecter, centraliser et partager les interactions et données de santé avec chaque patient, pour le suivre au plus près et l’accompagner au mieux.

Preuve de cette approche de bon sens à large échelle, Docaposte a été désigné 2ème influenceur mondial dans les réseaux sociaux au CES 2019. Nous sommes très fiers de cette reconnaissance !

Offre de dispositifs connectés

Il existe de multiples initiatives dans les établissements de santé. Par exemple, l'Institut Rafaël, Maison de l’après-cancer, s’inscrit dans une démarche mêlant données de vie réelle et données médicales, dans un espace de confiance où le numérique est au service des patients et de leur bien-être. L’approche utilisée est full digital : tous les patients se voient proposer l’application eSanté de La Poste pour gérer la relation avec l’établissement et les professionnels de santé.

Docaposte est partenaire de ces initiatives de manière à favoriser l’émergence de nouveaux modèles qui permettent de combiner donnée de vie réelle et donnée médicale, potentiellement demain données génétiques, dans un cadre éthique très pointu.

Confiance du monde médical en l’IA

Pour générer la confiance, il faut créer des espaces pluridisciplinaires où le monde médical croise le monde de la technique et des chercheurs afin de s’approprier les solutions.
Des espaces où, plus globalement, les professionnels de santé s’infusent avec la technologie comme à l’Institut Rafaël par exemple, ou à l’Ircad à Strasbourg. A l’Ircad, la technique et le monde médical ont fusionné pour créer une filière d’excellence au niveau mondial dans le domaine de la chirurgie mini-invasive et de l’imagerie médicale, à l’origine de Visible Patient.

La responsabilité en question

Cette question nous confronte à un sujet plus global : la génération de plus en plus importante de data dans les établissements. Le professionnel de santé est submergé par l’information. L’IA devient importante pour l’aider à trier et interpréter les données. Si le professionnel n’est pas en capacité de réaliser cette synthèse, il existe effectivement un risque de judiciarisation puisque sa responsabilité est opposable à partir du moment où l’information est générée et accessible.

Les opportunités de la silver économie

La Poste et Docaposte sont très impliquées sur les sujets de la silver économie en tant qu’opérateurs de proximité, pour amener des services en confiance au domicile des seniors (piluliers connectés par exemple). Mais même les plus « geek » des seniors souhaitent conserver une relation humaine. Il faut donc développer une combinatoire entre digital et humain qui crée une relation de confiance. L’IA permettra de libérer du temps pour que le professionnel de santé puisse remettre le patient au centre du dispositif et passer du temps qualitatif avec lui.

Évaluez l'article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Aucune évaluation)
Partagez l'article :

Mots clés : esanté Objets Connectés

0 Commentaires

Commenter

Ces articles pourraient vous intéresser

Carte Blanche Partenaires devient opérateur frontal accrédité Ses . . .

  business partner, dématérialisation, digitalisation, données numériques, esanté, gestion administrative

 Afin de mieux accompagner les professionnels de santé dans la mise en place du tiers-payant généralisé, Carte Blanche Partenaires… . . .

09 April 2019 0 commentaires 0

CES 2019 : La Poste, sa filiale numérique DOCAPOSTE et leurs part . . .

  bien-être, esanté, Santé

Du 8 au 11 janvier 2019, la nouvelle édition du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas a accueilli plus…

05 February 2019 0 commentaires 0

Ces innovations techno qui révolutionnent la médecine…

  analyse de données, bien-être, esanté, général, transformation digitale, transition digitale, transition numérique

Le CES de Las Vegas de janvier 2018 a été l’occasion pour bon nombre de startups françaises de présenter les…

26 February 2018 0 commentaires 0

e-santé

L’AI France Summit 2019 invite Docaposte pour parler d’e-santé

Par  18 March 2019

Le 19 février 2019, la DGE, Direction Générale des Entreprises, le CGET, Commissariat Général à l’Egalité des Territoires, et Tech In France, ont organisé la journée AI France Summit pour dresser les potentialités de l’écosystème en France en matière d’intelligence artificielle et recueillir les témoignages et ambitions stratégiques des représentants des industries et services concernés. C’est dans ce cadre que David de Amorim, Directeur innovation santé de Docaposte a été invité à témoigner sur l’IA au service du mieux-vivre.

Docaposte, un acteur majeur de l’e-santé en France

En tant que Tiers de confiance numérique, La Poste et sa filiale numérique Docaposte ont développé un écosystème de santé innovant proposant une plateforme e-santé pour les praticiens et une application La Poste eSanté, lancée à l’occasion du CES 2018. L’ensemble constitue un système sécurisé au sein duquel toutes les données de santé personnelles, confidentielles, sont conservées par Docaposte. Acteurs publics et tiers de confiance, fortes de leurs valeurs de neutralité, d’universalité, de pérennité et de proximité, La Poste et sa filiale Docaposte ont l’ambition de devenir un acteur moteur et majeur de la e-santé. Elles le font en étant respectueuses des données des citoyens et en se positionnant comme facilitateurs de l’e-santé au cœur de l’écosystème de santé français.

L'IA au service du mieux-vivre

Au cours de cette table-ronde David de Amorim a pu témoigner de l’engagement de Docaposte et apporter sa vision sur les multiples thèmes abordés. Nous vous la livrons dans ce post.

Propriété des données de santé

Les données de santé portent une dimension émotionnelle et affective très fortes, qui touche à l’individu, au « moi », dans un cadre réglementaire puissant et très protecteur. Premier hébergeur de données de santé en France avec plus de 45 millions de dossiers actifs, Docaposte a développé un système sécurisé qui préserve toutes les données de santé personnelles, confidentielles, selon le cadre règlementaire RGPD. L’application la Poste eSanté est certifiée Dispositif Médical de Classe 1 et a été labellisée mHealth Quality (Premier label européen collectif en santé mobile et connecté qui évalue la pertinence médicale, la conformité juridique et réglementaire, la considération éthique, l’ergonomie et la protection de la vie privée des applications eSanté).

Régulation versus innovation

Les contraintes réglementaires n’ont pas empêché que de beaux projets dans l’IA en santé se développent en France et à l’international. Visible Patient, partenaire de Docaposte, par exemple, est une startup labellisée FDA (Food and Drug Administration - USA), qui propose un dispositif innovant de modélisation 3D des organes d’un patient à partir de ses images médicales radio et IRM. S’il utilise la modélisation proposée par Visible Patient, le chirurgien modifie le protocole opératoire dans 30 % des cas.

IOT et prévention

L’IOT a un rôle majeur à jouer dans la prévention si l’on ne sous-estime pas l’impact humain et si l’on se rappelle que la technologie est au service des professionnels de santé et des patients, et non l’inverse. Il ne faut pas imaginer que les objets connectés peuvent s’intégrer dans un environnement médical simplement. Leur implantation nécessite de travailler sur le fonctionnement de l’organisation de l’hôpital, sur les liens entre professionnels de santé et patients. Il faut repenser le cadre médical de suivi, la coordination et les métiers, etc.

Simplification et suivi des patients

Aujourd’hui encore, certains médecins craignent que l’IA ne les remplace. Il s’agit donc de réassurer la relation avec les professionnels de santé et d’apporter des services à valeur ajoutée pour travailler dans une logique de simplification et d’aide au quotidien. Pour être efficace, il faut capter une information structurée dans un espace de confiance et proposer les innovations en les rendant accessibles au plus grand nombre, gage de bénéfice pour l’ensemble du système de santé. En tant que tiers de confiance, Docaposte est à même de réassurer cette relation et de partager la donnée et la rendre accessible. Par exemple, Docaposte et ELSAN ont présenté au CES 2019 l’assistant digital ADEL. Cette application propose aux patients de bénéficier d’un accompagnement digital et humain personnalisé tout au long de leur parcours de soins, de leur admission au suivi médical à distance. Les praticiens disposent eux d’un portail santé pour collecter, centraliser et partager les interactions et données de santé avec chaque patient, pour le suivre au plus près et l’accompagner au mieux. Preuve de cette approche de bon sens à large échelle, Docaposte a été désigné 2ème influenceur mondial dans les réseaux sociaux au CES 2019. Nous sommes très fiers de cette reconnaissance !

Offre de dispositifs connectés

Il existe de multiples initiatives dans les établissements de santé. Par exemple, l'Institut Rafaël, Maison de l’après-cancer, s’inscrit dans une démarche mêlant données de vie réelle et données médicales, dans un espace de confiance où le numérique est au service des patients et de leur bien-être. L’approche utilisée est full digital : tous les patients se voient proposer l’application eSanté de La Poste pour gérer la relation avec l’établissement et les professionnels de santé. Docaposte est partenaire de ces initiatives de manière à favoriser l’émergence de nouveaux modèles qui permettent de combiner donnée de vie réelle et donnée médicale, potentiellement demain données génétiques, dans un cadre éthique très pointu.

Confiance du monde médical en l’IA

Pour générer la confiance, il faut créer des espaces pluridisciplinaires où le monde médical croise le monde de la technique et des chercheurs afin de s’approprier les solutions. Des espaces où, plus globalement, les professionnels de santé s’infusent avec la technologie comme à l’Institut Rafaël par exemple, ou à l’Ircad à Strasbourg. A l’Ircad, la technique et le monde médical ont fusionné pour créer une filière d’excellence au niveau mondial dans le domaine de la chirurgie mini-invasive et de l’imagerie médicale, à l’origine de Visible Patient.

La responsabilité en question

Cette question nous confronte à un sujet plus global : la génération de plus en plus importante de data dans les établissements. Le professionnel de santé est submergé par l’information. L’IA devient importante pour l’aider à trier et interpréter les données. Si le professionnel n’est pas en capacité de réaliser cette synthèse, il existe effectivement un risque de judiciarisation puisque sa responsabilité est opposable à partir du moment où l’information est générée et accessible.

Les opportunités de la silver économie

La Poste et Docaposte sont très impliquées sur les sujets de la silver économie en tant qu’opérateurs de proximité, pour amener des services en confiance au domicile des seniors (piluliers connectés par exemple). Mais même les plus « geek » des seniors souhaitent conserver une relation humaine. Il faut donc développer une combinatoire entre digital et humain qui crée une relation de confiance. L’IA permettra de libérer du temps pour que le professionnel de santé puisse remettre le patient au centre du dispositif et passer du temps qualitatif avec lui.